IMMO 974 – créé le 23.09.2019 à 09:05 – mis à jour le 23.09.2019 à 22:01

La présence du futur locataire n’est pas toujours obligatoire lors de la signature du bail…

 

Quand le choix de l’habitation a été fait, la signature du bail peut être un souci si le futur locataire, le bailleur ou l’agence immobilière sont éloignés géographiquement. Plusieurs méthodes existent pour signer le contrat de location à distance.

 

Par procuration

 

Le futur locataire peut avoir recours à la procuration afin qu’un tiers puisse signer le contrat en son nom. Avec un mandat, cette tierce personne pourra signer le bail. La lettre doit commencer par “je soussigné (+ votre nom, adresse etc…) agissant en qualité de mandant, donne pouvoir à … (+ nom et prénom du tiers) à agir en tant que mandataire”. Et comme le précise Roomlala, vous pouvez y décrire toutes les actions que vous l’autorisez à faire à votre place.

 

Par voie électronique

 

Le bail et ses annexes peuvent être signés numériquement via un tiers. Ce dernier, explique Cohebergement, aura comme tache d’archiver le contrat de location original. Il identifie formellement chaque signataire avec un certificat électronique. La signature du bail se fait avec une clé délivrée par une autorité de certification. Cette clé publique permet de vérifier l’authenticité du contrat.

 

Signature le jour J

 

Il s’agit d’une option que peut envisager le bailleur… Mais à ses risques et périls puisque le futur locataire peut se désister du jour au lendemain. Aussi, il faut savoir qu’une dite réservation avec avancement est une pratique illégale.

 

Via la poste

 

Cette procédure est de plus en plus désuète de part sa durée et son coût. Qui plus est, les papiers peuvent se perdre en route… A cause de la lenteur de cette méthode, le propriétaire peut entre temps trouver un autre locataire. Aussi, aucune des deux parties n’est obligée de respecter le bail si celui-ci n’est ni signé ni daté.