IMMO 974 – créé le 15.01.2018 à 12:31 – mis à jour le 15.01.2018 à 12:31

La réduction d’impôt Pinel est prolongée à l’identique en 2018, mais le dispositif est désormais supprimé en dehors des grandes agglomérations.

Dispositif emblématique de la défiscalisation

Remplaçant le dispositif Duflot depuis 2014, le dispositif d’investissement locatif Pinel dont l’extinction était prévue fin 2017, est finalement prolongé pour 4 ans, soit jusqu’au 31 décembre 2021. La loi de finances pour 2018 n’a pas modifié les conditions d’application. Son principe consiste à déduire du montant de vos impôts un pourcentage du prix d’achat du logement neuf dans lequel vous avez investi et que vous devez louer en respectant un certain plafond de loyer. Vous obtenez ainsi une réduction d’impôt de 12 % si vous louez votre logement neuf durant 6 ans, 18 % si vous le louez durant 9 ans, et 21 % si vous le louez durant 12 ans.

La réduction conditionnée par la localisation

En contrepartie de cet avantage fiscal, les loyers et les ressources du locataire ne doivent pas dépasser certains plafonds. Le bien loué doit également se situer dans des zones très précises. Il est également à noter que le plafond de loyer imposé est fixé selon la zone géographique dans laquelle se situe le bien. Depuis le 1er janvier, le dispositif est en effet recentré sur les zones A et B1, c’est-à-dire les grandes agglomérations. En 2017, les villes et communes “excentrées” (zones B2 et C) n’étaient éligibles au Pinel que si elles disposaient d’une dérogation préfectorale. Désormais, ces zones sont exclues.

Exception

Le budget 2018 prévoit une exception pour les investissements initiés en 2017 dans ces villes moyennes et communes rurales. Pour bénéficier de la réduction d’impôt, il faut que la demande de permis de construire du logement concerné soit déposée avant la fin 2017, et que l’acquisition “soit réalisée au plus tard le 31 décembre 2018“. Avant le 1er septembre 2018, le gouvernement devra remettre au Parlement un rapport d’évaluation des zones géographiques, notamment pour apprécier la pertinence des critères de classement. Un autre rapport, à remettre avant le 1er septembre 2019, évaluera le dispositif dans sa globalité et analysera le respect des conditions de loyer et de ressources des locataires.

>>>L’investissement locatif Pinel en Outre-mer en cinq points