IMMO 974 – créé le 20.07.2017 à 17:28 – mis à jour le 05.10.2017 à 10:08
Distinguer un logement social d'un logement privé

Un cabinet d’architectes new-yorkais projette de construire un immeuble qui descendrait du ciel, une tour qui flotte au-dessus du sol.

 

Tour Analemma, le building descendant du ciel

Il s’agit d’un projet de construction des plus étranges relevant du jamais-vu. La tour qui va descendre du ciel est baptisée Analemma. C’est Ostap Rudakevych, un architecte rattaché au cabinet Clouds Architecture situé à New York qui en est le concepteur.

Cet architecte new-yorkais est convaincu qu’à l’avenir, les buildings vont être suspends dans le vide et ne seront plus ancrés dans la terre. Il a en effet déclaré : “Je suis persuadé qu’un jour les s’arracheront de la surface de la Terre.” Il a par la suite ajouté : “La tour Analemma est une création ­spéculative sur ce que pourrait être construit dans un futur pas si lointain finalement.”

 

Le poids de la tour, moins de 500 000 tonnes

Selon toujours Ostap Rudakevych, réaliser une tour qui descendrait du ciel est techniquement faisable. A la Nasa, des projets de redirection des astéroïdes à l’aide de voiles solaires ou des travaux qui consistent à les agripper seraient en cours.

Pour le poids de la tour Analemma, elle va être plus légère que le World Trade Center qui pesait près de 500 000 tonnes. L’architecte a précisé que le câble susceptible de soutenir de telles charges n’existe pas encore. Les matériaux qui vont être utilisés vont être issus des nanotechnologies dans le secteur du matériel de traction. Les mêmes matériaux vont être enfouis dans les profondeurs de l’astéroïde pour soutenir la tour. La longueur du câble nécessaire est évaluée à pas moins de 42 000 kilomètres.

 

Le prix du mètre carré demeure inconnu

Dans un premier temps, le recours au parachute est envisagé pour assurer le transport des habitants de la tour vers le sol. Utiliser des drones constitue aussi une option à considérer. Pour le prix au mètre carré dans cet immeuble, M. Rudakevych a confié qu’”honnêtement, étant donné que certaines technologies sont encore en développement il serait vain d’imaginer donner un chiffre aujourd’hui.” Il a aussi ajouté que la tour Analemma atteindrait “des prix record, justifiant le coût très élevé de sa construction”.

(Source: parismatch.com)