IMMO 974 – créé le 14.07.2015 à 10:53 – mis à jour le 14.07.2015 à 10:53

Si vous possédez un terrain sur lequel vous désirez construire, il sera peut-être nécessaire de le faire viabiliser. De quoi s’agit-il ?

Un terrain non-viabilisé est un terrain qui n’a pas de raccordements au réseau d’eau, d’électricité, de gaz et à d’autres réseaux tels que le téléphone. Viabiliser un terrain consiste donc à le raccorder à l’ensemble de ses réseaux lors d’une éventuelle construction. Souvent l’abréviation VRD (Voirie et Réseaux Divers) est utilisée pour définir les travaux de viabilisation qui sont réalisés aux propres frais du propriétaire. La viabilisation d’un terrain demande en outre de nombreuses démarches auprès de différents organismes.

Concrètement, la viabilisation d’un terrain englobe l’ensemble des actions et prestations permettant l’installation de toutes les commodités modernes. Dans certains cas, la viabilisation inclut le bornage du terrain, mais ce n’est pas systématique. Il existe en outre deux types de viabilisations :

-La viabilisation externe : les raccordements se font depuis la voie publique, et doivent être effectués par les distributeurs et gestionnaires de réseaux.

-La viabilisation interne, qui relie votre habitation aux coffrets électriques placés en limite de propriété. Celle-ci peut-être réalisée par n’importe quel électricien.

Quel coût à prévoir ? Il dépend de la distance entre le terrain et le point de raccordement. En règle générale, plus la distance de raccordement est importante plus le coût est élevé. L’accessibilité du terrain est donc un point très important dans le coût de viabilisation du terrain.  Le coût moyen de la totalité des travaux est de 3 500€ à 4 000€ dans le cas où le propriétaire doit creuser une tranchée pour les raccordements. Mais la facture peut monter jusqu’à 10 000€ en fonction des différents facteurs.

Les démarches de viabilisation prenant beaucoup de temps, il est conseillé d’engager les formalités sans attendre, dès l’obtention du permis de construire.