IMMO 974 – créé le 11.07.2018 à 10:14 – mis à jour le 11.07.2018 à 10:14

Résidences universitaires, colocation ou appartements privés, les logements pour étudiants en dehors du domicile familial ne manquent pas. Pour chacun d’eux, une caution familiale ou amicale sera réclamée au moment de signer le contrat de location.

Emménager dans un logement étudiant implique de nombreuses procédures à suivre, dont la recherche d’un garant. Le futur propriétaire l’exigera notamment dans le cas d’un logement en location ou en colocation compte tenu des risques de dégradations de l’habitation et de loyers impayés. Il existe trois solutions auxquelles les étudiants peuvent se tourner.

La caution locative étudiante (Clé)

Cette option est destinée aux étudiants qui combinent études et job étudiant. Les revenus obtenus sont souvent faibles, mais l’Etat se porte garant de l’étudiant auprès du propriétaire si un ou des loyers sont impayés. Sont concernés par cette garantie les étudiants âgés de moins de 28 ans. Pour bénéficier de la Clé, ils doivent payer une cotisation correspondant à 1,5 % du loyer, charges comprises. Gérée par les Crous, la demande y afférente doit être effectuée auprès des centres ou sur le site dédié.

La caution solidaire Visale d’Action logement

A défaut d’avoir une famille ou des amis qui peuvent se porter garants, l’Etat propose également la caution solidaire Visale d’Action logement. Le dispositif totalement gratuit est dédié aux étudiants de moins de 30 ans, boursiers, ou non rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Depuis le 24 août, cette solution s’adresse à tous les étudiants à la suite de l’annonce de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal. La garantie VISALE concerne 36 mois maximum d’impayés de loyers et de charges locatives nettes d’aides au logement. Le montant du loyer ne doit pas être supérieur à 1 300 €, charges comprises (1 500 € pour Paris). Il doit en revanche correspondre à environ 30 et 50 % maximum des revenus de l’étudiant. Pour un loyer inférieur à 425 euros, aucune justification de ressources n’est requise.

La famille, les amis ou la banque

De nombreux étudiants se tournent vers leur famille ou amis pour se porter garants. Cette solution comporte toutefois des risques notamment lorsque le salaire du garant n’est pas assez élevé ou sa situation jugée instable par le bailleur. Ce dernier sera alors contraint de réclamer alors un second garant. Les tensions dans la famille, les ruptures ou le changement de situation représentent également des facteurs de blocage. La banque peut alors être envisagée, mais son engagement est très limité et pas à la portée de tous les étudiants. Ils doivent en effet effectuer un dépôt d’une somme correspondant à plusieurs mois de loyers sur un compte bloqué.

Consultez notre dossier complet sur le logement étudiant.