IMMO 974 – créé le 05.05.2020 à 12:22 – mis à jour le 05.05.2020 à 12:22
japon-maison-sipa-Shuhei Yokoyama-AP-SIPA

La firme Kasoku est la concurrente locale d’Airbnb. Elle propose des locations de courte durée de logements meublés à ceux et celles qui souhaitent ‘échapper’ à leurs proches en ces temps de confinement

 

Le confinement au Japon

Au pays du Soleil Levant, les Japonais n’ont pas interdiction de sortir de chez eux depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire. Pourtant, le gouvernement recommande de rester chez soi. Du coup, les écoles sont fermées et le télétravail a pris de l’ampleur.

Kosuke Amano, porte-parole de Kasoku, explique à la presse Française que la société a eu son idée après avoir noté que le taux de divorce en Chine ou en Russie a haussé lourdement après les mesures de confinement.

 

Corona-divorce

Kasoku propose 4 400 yens (37,50 euros) par nuit, avec l’option gratuite de 30 minutes de consultation d’un avocat spécialiste en divorce. “Parmi nos clients, nous avons une femme qui a préféré partir après une grosse dispute avec son mari, et une autre qui voulait du temps pour elle car elle est fatiguée de gérer les enfants toute la journée depuis que les écoles sont fermées pendant que son mari est en télétravail”, détaille Kosuke Amano. La firme a également parmi sa clientèle des femmes victimes de violences conjugales.

Kasoku possède environ 500 logements au Japon, principalement à Tokyo. Ces habitations sont pour la plupart vide car le tourisme s’est effondré.

La firme avait lancé sa campagne alors que le hashtag ‘corona-divorce’ était parmi les plus importantes tendances sur Twitter au Japon.