IMMO 974 – créé le 27.05.2020 à 15:11 – mis à jour le 07.06.2020 à 22:07

Vous pouvez quitter une colocation, à condition de suivre quelques règles et prendre en compte plusieurs critères.

 

1 – Le délai de préavis

Dès l’instant où vous décidiez de quitter une colocation, vous devez déterminer le délai de préavis s’appliquant à vous. Un bail de colocation peut être résilié à tout moment. Cependant, vous ne pouvez pas arrêter immédiatement de payer votre loyer. Que vous quittiez le logement ou non, vous devez continuer à payer le loyer durant le préavis.

D’abord, revoyez votre contrat. Le délai de préavis est d’un mois si vous louez un logement meublé. Dans le cas contraire, il sera de trois mois.

Ensuite, rédigez votre lettre de congé en précisant la date réelle de votre départ. Dans le cas où vous avez l’intention de réduire votre préavis, mentionnez-le dans votre lettre. N’oubliez pas d’indiquer le motif de votre départ.

Enfin, envoyez votre lettre en recommandé avec accusé de réception, soit en main propre contre récépissé.

 

2 – Les comptes avec les autres colocataires

Avant de quitter les lieux, vous devez absolument régler tous vos comptes avec vos colocataires dépendant de la façon dont vous avez organisé les dépenses. Il s’agit, par exemple, de vos courses, des abonnements internet, des factures d’énergie/eau, etc. Vous ne devez pas non plus interrompre les virements ou prélèvements automatiques en liaison à la colocation.

 

3 – L’état des lieux de sortie

Dans le cas d’un bail individuel, chaque colocataire a son propre contrat. Vous devez, donc, fixer un rendez-vous avec votre bailleur afin de faire l’état des lieux de sortie. Il est le seul à déterminer le dépôt de garantie.

Dans un bail collectif, vous n’avez pas à faire un état des lieux de sortie. Demandez juste à faire un état des lieux intermédiaire.

 

4 – Le loyer

Si vous êtes dans le délai de préavis, vous devez payer votre loyer. Attention ! Si vous êtes en bail collectif avec une clause de solidarité, vous restez redevable du loyer et des charges jusqu’à 6 mois après la fin du préavis. Mais si un autre colocataire prend votre place, tout cela s’arrête immédiatement.

Mais dans le cas d’un bail collectif sans clause de solidarité ou d’un bail individuel, vous n’avez plus rien à payer.

 

5 – Le dépôt de garantie

En cas de bail individuel, le bailleur a un mois pour vous rendre le dépôt de garantie. S’il y a une dégradation, le propriétaire a deux mois pour vous rendre le reste. En bail collectif, vous ne pouvez pas lui imposer de rendre votre quote-part. Ce règlement est ainsi valable jusqu’à ce que les autres colocataires restent sur le lieu.

> A lire aussi :